mardi 22 mai 2018

Marine Rivoal, la graveuse dans le jardin


Marine Rivoal est auteure de livres pour les touts-petits et également graveuse. On adore tellement ses Petits pois qui se balladent dans le jardin qu'on en a fait le thème de l'espace des touts-petits, aux Eclats de lire. 



C’est Gaëtan Dorémus, alors son professeur, qui remarque son travail et la dirige vers les éditions du Rouergue. Elle présente à Olivier Douzou une certaine histoire de petit pois qu’elle avait fait pour elle, sans penser à un public. Olivier Douzou est emballé, Marine Rivoal retravaille un peu le projet et très vite Trois petits pois est publié.



Trois petits pois, Marine Rivoal, édition du Rouergue


Souriant jusqu'aux oreilles, deux petits pois se font la belle. Au gré de leur joyeux périple, ils rencontrent un gros chat noir inoffensif, un ver contorsionniste, une carotte à lunettes mais aussi une pièce de monnaie, une clé égarée et une multitude de personnages cachés ! Mais tout à coup, un vent menaçant souffle sur le potager le rendant hostile pour nos deux amis qui, d'un bond, finissent au bon endroit. Un endroit propice à la germination...

On repère tout de suite ces deux p'tits pois très verts et tout ronds qui évoluent sur un magnifique nuancé de gris. On admire la technique de gravure de Marine Rivoal, mise au service de ce premier album très réussi, qui permet de développer son sens de l'observation tout en s'amusant ! Et parce que cinq fruits et légumes par jour, c'est bon pour la santé, celui-ci est à consommer sans modération !

Emmanuelle Pelot, pour Ricochet



Marine est graveuse. Cette technique est son principal medium, qui l’empêche, dit-elle, de partir dans tous les sens. Se cantonner à une seule technique ne l’empêche pas de sortir de la monotonie. Puisqu’elle se décline sous diverses formes.

“A chaque fois je cherche de nouvelles choses ; j’aime bien me réinventer.”

Une technique de gravure différente à chaque album !
Trois petits pois a été réalisé en gravure sur zinc à l’eau forte. Une technique bien traditionnelle que l’artiste a tout de même revisité avec du scotch ! Au lieu d’utiliser du vernis, elle s’est servi de scotch ce qui donne aux images un aspect de papiers déchirés.

Trois petits pois


Son deuxième album, Cui Cui, est fait avec de la gravure sur bois. Dans cette technique, on transforme plusieurs fois une même plaque. “On grave un premier dessin, on l’imprime, on regrave la même plaque, on la réimprime avec une autre couleur, etc. Et à la fin on n’a plus de plaque, ou un dessin qui ne ressemble plus à grand chose sur la plaque.”

Cui Cui


A l’automne, Marine Rivoal sortira, toujours au Rouergue, un nouvel album : A moi ! Une technique de gravure un peu rigolote a été utilisé cette fois. En plus des monotypes, Marine a fait des empreintes avec des papiers froissés, notamment des papiers cuisson. Elle a aussi utilisé des boites de céréales et tout ces éléments de récup ajoutent du relief sur le rendu de l’image.

A moi !



Cui Cui, Marine Rivoal, éditions du Rouergue
Animaux rigolos pour ce joli album aux couleurs chatoyantes
Il y a des visuels qui font qu’un album, même s’ils se trouvent parmi de nombreux autres titres, sorte du lot. C’est définitivement le cas pour « Cui Cui » de Marine Rivoal. Les couleurs des oiseaux attirent l’œil, les tons vifs et chaleureux ressortent très bien sur le fond blanc de la couverture, les dessins sont plutôt simples, mais très explicites.

Quand les animaux se métamorphosent, c’est un fou rire garanti !
L’étoile de mer se sent bien seule, là au fond de l’eau. Comme elle aimerait tant jouer comme les autres animaux ! Aujourd’hui, ils s’amusent à s’imiter les uns les autres, l’éléphant tente de se faire passer pour un singe, qui lui, deviendra caméléon et ainsi de suite. Leur imagination est débordante pour prouver aux oiseaux qu’eux aussi, peuvent être de grands imitateurs. Mais pauvre étoile de mer, en quoi va-t-elle bien pouvoir se transformer ?

Un album qui fera le bonheur des bébés de Savoie
Après le succès de son premier album, « Trois petits pois », Marine Rivoal, remporte avec son deuxième titre, le prix « Premières pages de Savoie ». Les bébés qui naîtront en 2016 dans ce département se verront offrir « Cui Cui ».

Grosse police de caractères, illustrations vives, animaux à l’allure sympathique, un livre qui, sans aucun doute, plaira aux plus petits. Les plus jeunes prendront du plaisir à décrire ou nommer les animaux, leurs ainés, tenteront de trouver de quelle imitation il s’agit.

J’ai particulièrement aimé la transformation des animaux devant le regard moqueur et sceptique des oiseaux. En se donnant beaucoup de mal pour parvenir à convaincre un jury qui semble de mauvaise foi, ils rivalisent d’imagination en trouvant des postures de plus en plus drôles.

Un très beau bestiaire humoristique qui sort de l'ordinaire.

Publié par Velidhu -
que-lire.over-blog.com

Rencontres scolaires
Marine Rivoal apprécie les rencontres avec son jeune public qui l’attend souvent comme une rock-star. Elle leur propose des petits ateliers de gravures tels que la patatogravure (des tampons gravés dans des pommes de terre) ou la lasagnographie (avec un laminoir, une machine à pâtes, en guise de presse).


Bibliographie :

A moi !, Rouergue, septembre 2018
Cui Cui, Rouergue, 2016
Batistelle, album en langue Corse, éditions Una Volta, 2016
Trois petits pois, Rouergue, 2012

vendredi 18 mai 2018

Les États Généraux du Livre : quand les auteurs se mobilisent

Petite pause dans les programmes divers de cette 5ème édition des Éclats de lire...

En tant que fête du livre jeunesse, qu'organisateurs de cette fête, et que, parmi ces organisateurs, il y ait des auteurs et illustrateurs, nous sommes évidemment concernés, mais parce que surtout sans auteur-illustrateurs en bonne santé sociale c’est la création qui est menacée.
Et à terme toute la chaine du livre dans laquelle s’inscrit notre action en tant que fête du livre.

Il nous semble donc juste et nécessaire d'informer notre public de ce qui se trame, car tout ceux qui nous suivent ne connaissent pas forcément la situation actuelle des auteurs en France, et celle future qui est plus qu'alarmante...

Pour essayer d'expliquer au mieux, nous reprendrons ici des extraits ou des liens vers des articles qui relatent parfaitement bien la situation :

Mardi prochain, le 22 mai, auront lieu les Etats Généraux du Livre - tome 1 - le statut social de l'auteur organisés par le Conseil Permanent des Ecrivains. Un événement inédit pour faire le point sur la situation sociale actuelle des auteurs en France, avec les acteurs du monde du livre et les institutions.

Au 1er janvier 2019, des réformes vont complètement bouleverser le régime actuel des auteurs. Nous mesurons nos propos en disant qu'il s'agit là, pour tous les auteurs, d'une catastrophe sociale et culturelle annoncée. (sit. La Charte des Auteurs et Illustrateurs jeunesse)

©Denis Bajram : https://www.bajram.com/category/dessins/affiches/

À ces États Généraux, aucune personne du gouvernement n'a répondu aux invitations faites par les organisateurs pour pouvoir discuter tous ensemble de cette crise annoncée ...


À lire dans Livres Hebdo : Les auteurs interpellent le gouvernement

Pour mieux comprendre le contexte dans lequel vivent les auteurs actuellement, et les mesures prises sans concertation par le gouvernement qui rendent le statut d'auteur encore plus précaire qu'il ne l'est déjà, nous vous invitons chaudement à lire ces différents articles :

• Sur le site d'ActuaLitté encore, la tribune de l'autrice Florence Hinckel, extrêmement bien détaillée, et qui explique parfaitement la situation : L’un des principaux acteurs de l’industrie du livre en situation d’extrême fragilité
• Sur le site de Samantha Bailly (présidente actuelle de La Charte), deux bandes dessinées :


Nous espérons, après avoir lu ces divers articles et témoignages, que vous en savez un peu plus, mais surtout que vous pouvez militer aux côtés des auteurs ! Une pétition est en ligne : Pas d'auteurs, pas de livres, que tous ceux qui se sentent concernés de près ou de loin peuvent signer, diffuser, partager...

À suivre également le site Auteurs en colère qui informe et relaie régulièrement toutes les informations et évènements à venir.

Merci de prendre le temps de lire les différents articles ci dessus, c'est important, et c'est tous ensemble que nous pourrons faire avancer les choses !

L'équipe de Kamishibaî, organisatrice de la fête du livre jeunesse Les éclats de lire au Vigan.


jeudi 17 mai 2018

Concert littéraire : Les Harmoniques

Avec Gérard Maurin, Virginie Teychené et Marcus Malte


Le vendredi 25 mai à 20h30 à l'auditorium de la cité scolaire André Chamson, au Vigan

Davantage qu'une lecture musicale, c'est à un véritable concert littéraire que vous convie ce trio original et éphémère - ou pas.

Les mots de Marcus Malte, extraits de son roman Les harmoniques, mis en bouche par l'auteur lui-même et accompagnés, portés, soulevés à bout de voix et de doigts par ces deux magnifiques musiciens que sont Gérard Maurin et Virginie Teychené.

​Du jazz, du vrai.

De Cole Porter à Miles Davis, de Coltrane à Mingus, de Lester Young à Billie Holiday : ils sont tous là. Qui rôdent entre les lignes, entre les pages, traînent leur blues aux côtés de Mister, de Bob, de Vera, personnages hantés et désenchantés, héros si humains de cette histoire.

De la littérature, de la vraie.

Les deux univers se conjuguent, fusionnent, unis pour le meilleur et le meilleur. Le swing et la poésie, le rythme et l'émotion.

Réservation vivement conseillée auprès d'Agnès au 06 24 25 77 82
Un spectacle proposé dans le cadre des Éclats de lire 2018

lundi 14 mai 2018

Sébastien Joanniez : le comédien poète

“J’aime l’humour grinçant”

Sébastien Joanniez est auteur d'album, de roman jeunesse, adulte, de théâtre jeunesse, adulte, de poésie, comédien, metteur en scène... Il a pris le temps d'échanger avec Julie sur les ondes escapadiennes lors de sa tournée pour Parallélépipède.


Sébastien Joanniez et Laura Tejeda - Parallélépipède




Podcast de l'émission


Portrait en 10 mots






Planche - Scène - Théâtre

“C’est éventuellement quelque chose qui va voir ma fin, puisque je vais finir entre quatre planches, un de ces jours.”

Sébastien Joanniez est actuellement en tournée pour le spectacle Parallélépipède, adapté de son roman sorti aux Rouergue, Vampire, cartable et poésie. Sur les planches, sur la scène, il y est depuis très jeune et c’est quelque chose qu’il ne quittera sans doute pas de si peu. Preuve en est qu’il a bien essayé, se concentrant sur des publications mais ses récits s’adaptent en spectacles et le voici revenu en scène. Pour ce touche-à-tout, la scène est multiple : celle du théâtre, celle d’un salon du livre, celle que l’on partage avec des musiciens...


Feuilles

Sébastien vit en Ardèche, on l’imagine facilement au cœur d’une nature riche et fertile. Notre interview se fait au printemps et, plusieurs fois, il apprécie avec nous son arrivée et ses couleurs. Mais les feuilles sont aussi celles sur lesquelles on écrit et l’auteur estime avoir déjà noirci "des kilos et des kilos de feuilles" ! Car l’angoisse de la page blanche ne l’habite pas, au contraire, sans cesse, les mots lui viennent, les situations, les conversations, les rencontres… tout lui donne matière à écrire.



Poésie

“Elle est partout, celle-là, je la traque dès que je peux, car elle se cache souvent, elle est souvent noyée sous un flot de chiffres et de performances et d’incompréhensions et de rapidité… je la poursuis tout le temps, dans ma vie professionnelle, dans ma vie privée, je garde toujours un œil dessus.”



J'aime pas ma petite soeur / Je veux être la grande !, édition du Rouergue
"J'aime pas ma sœur" pourraient s'intituler ces deux textes où Sébastien Joanniez donne tour à tour la parole à la grande et à la petite sœur. Deux monologues portés par des voix très différentes, dessinant en creux, les portraits de deux personnalités pleines de vitalité. Avec beaucoup d'humour et une langue très inventive, Sébastien Joanniez nous fait entrer dans la tête de la grande sœur qui trouve que le rôle d'aînée n'est pas toujours facile. Tandis que la petite se plaint de ne pas être prise au sérieux... "Je la déteste" disent-elles toutes les deux, et on entend "je l'aime"!









Puit - Ciseaux - Papier
Il faut reconnaître que demander à nos invités de se décrire en 10 mots, c’est vache. Alors, on les comprend, ils biaisent. Enfin, pas tout-à-fait… Sébastien Joanniez nous propose un puit, des ciseaux puis du papier… Tiens ? ça ressemble à un jeu. Un jeu dans lequel il s’y prend. Ses mots deviennent des personnages et il les associent dans l’histoire de la vie, une histoire où l’on tombe parfois dans des puits…



Roman

“C’est le grand saut”

En souhaitant quitter un peu les planches, il s’est tourné vers le roman. Mais ce n’était pas sans angoisses, il le compare à l’Everest. C’est Guillaume Guéraud qui lui présente le métier d’auteur jeunesse et qui va le séduire.










Bibliographie (non exhaustive) :
Éditions du Rouergue :
Marabout d’ficelle (2002, roman)
Terminus Noël (2002, roman)
C’est loin d’aller où (2003, roman)
Même les nuages je sais pas d’où ils viennent (2005, roman)
Entrez (2010, poésie)
Noir grand (2012, roman)
Vampires, cartable et poésie (2013, roman)
J’aime pas ma sœur (2013, récit)
Éditions Sarbacane :
Je fais ce que je peux (2004, poésie)
Fred et Fred (2005, poésie)
Treizième avenir (2006, roman)
Camping (2014, poésie)
Éditions Espaces 34 :
Des lambeaux noirs dans l’eau du bain (2005, théâtre)
Désarmés (2007, théâtre)
Le petit matin de mourir (2010, théâtre)
Chouf ( 2014, théâtre)

Éditions Color Gang :
Trop tard c’est bientôt (2007, théâtre)
Dans quels déserts tu ranges tes soifs ? (2007, théâtre)
Cluemo (2010, essai)
Éditions Théâtrales Jeunesse :
Stroboscopie (2015, théâtre)


mardi 24 avril 2018

petit éclat de lecture n°2 !

Et voici le 2ème petit éclat de lecture, cette fois-ci à la médiathèque du Vigan (intialement prévu au jardin de l'espace Lucie Aubrac, mais la fraîcheur du soir nous a fait changer d'avis !!).

C'est vendredi 4 mai à 18 h, et nous vous y attendons chaleureusement autour d'un verre ! Une belle occasion aussi pour rencontrer nos bénévoles, et discuter de la prochaine édition qui approche à pas de géants !

Venez nombreux !


mardi 17 avril 2018

Marc Daniau, l'éléphant qui crée des liens entre des traces

Marc Daniau est auteur et illustrateur pour la jeunesse. Nous avons exploré un petit peu les mots qu'ils nous avait envoyé pour se décrire. L'occasion de découvrir un homme sensible et lié à la nature.

Marc Daniau


Podcast de l'émission



Portrait en 10 mots




Main
“C’est un beau mot. J’aime bien faire des choses avec mes mains, comme dessiner. Je crois que les mains, ça définit pas mal de choses chez les gens, et la manière dont ils s’en servent aussi.”


Pieds
“J’aime bien marcher, j’aime bien courir.”


Éléphant

Marc Daniau s’est longtemps identifié à Dumbo, à cause de ses grandes oreilles. C’est le deuxième film qu’il se souvient avoir vu, après Bambi, qui l’avait beaucoup attristé (“c’est quand même horrible, quand sa maman meurt, ce pauvre petit Bambi”). Un souvenir cinématographique qui laisse des traces. Récemment, il s’est rendu dans une réserve africaine où il a pu observer de près des éléphants et cette rencontre qu’il qualifie de “magique” semble le fasciner.


Éléphant, ça nous fait aussi penser aux éditions des éléphants où il a récemment publié un superbe album.
Marc Daniau, Ruby Tête haute, éd. des éléphants



Ruby Tête haute, les éditions des Eléphants, IRÈNE COHEN-JANCA, MARC DANIAU

Dans la Lousianne des années 60, les noirs et les blancs ne se mélangent pas. Ruby Bridge, une petite fille va dans une école très loin de chez elle, un école réservée aux noirs. Mais les droits changent et évoluent et les enfants noirs peuvent désormais intégrer les écoles de blancs, sous réserve de réussir un examen très dur (6 enfants sur 130 obtiennent cet examen la première année). Ruby le réussi et intègre une nouvelle école où elle sera la seule enfant noire. Mais la population s’indigne et les parents retirent leurs enfants de l’école ou les empêchent d’être dans la même classe. Une institutrice acceptera de donner des cours à Ruby et la fillette sera seule dans sa classe pendant toute l’année. 


Horizon

“Un : c’est un beau mot ; deux : on en a besoin.”

Caresse

“C’est un rapport au monde, on peut caresser les animaux, les plantes, les arbres, les rochers… C’est un langage. 
Marc Daniau, Je suis le chien qui court, éd. Seuil Jeunesse


Vertiges

“Au départ, j’avais le vertige et c’est une sensation désagréable, de panique, et que petit à petit, j’ai réussi à apprivoiser”. Marc nous rassure, il n’aura pas le vertige dans nos montagnes cévenoles, il a d’ailleurs l’habitude de s’y balader.


Traces et liens
“Deux mots qui ont beaucoup à voir avec mon travail”

Marc Daniau, S, "L'Abécédaire", éd. L'édune

“Depuis tout petit, dès que je vois des traces du passé, j’essaie de les décrypter ou des les comprendre. Je crois que j’ai envie de laisser des traces aussi à mon tour. Je suis toujours ému par les traces, les traces des gens, les traces des animaux, les traces sur les écorces des arbres, sur les rochers, c’est quelque chose qui me parle. Et je fais des liens entre des traces.”

"Les liens qu’on créé… Tout existe et le travail de création c’est de faire des liens qui n’existent pas entre des choses qui existent. J’occupe mon temps à ça."


Zyeux

“Avec un Z... C’est parce que je ne suis pas très bon en orthographe."
Marc Daniau, inédit

Le regard est très important pour cet illustrateur, c’est pas là que passe son rapport au monde. Mais pour lui le regard n’est pas seulement visuel et les échanges se font “au delà de la vision”.


Bibliographie (non exhaustive) :
Comme un géant, Marc Daniau & Yvan
Duque, Thierry Magnier, octobre 2017
Ruby tête haute, Irène Cohen-Janca & Marc Daniau, Ed. des Éléphants, 2017
Je suis le chien qui court, Marc Daniau, Seuil Jeunesse 2013
Tous à Poil !, Claire Franek, Marc Daniau, Le Rouergue, 2011
Neuf couleurs de peur, Annie Agopian & Marc Daniau. Éditions l’édune, 2010
La lettre S, Marc Daniau. Éditions l’édune, collection L’abécédaire, 2008
Raspoutine, Guillaume Guéraud & Marc Daniau. Le Rouergue, 2008
L’Arbre, Marc Daniau. Seuil Jeunesse, 2007
Naftali, le conteur et son cheval Sus et autres contes, Isaac Bashevis Singer & Marc Daniau. Seuil jeunesse, 2007
Les trois souhaits, Bernard Chèze & Marc Daniau. Seuil jeunesse, 2007
Le cri des bêtes, Virginie Aladjidi et Caroline Pellissier & Marc Daniau. Éditions Thierry Magnier, 2005
Contes de Lithuanie, O.v. De Milosz & Marc Daniau. Seuil jeunesse, 2005
Pépé Biaï et l’île au cheval, Martine Laffon & Marc Daniau. Seuil jeunesse, 2004
La Confiture aux cochons, Marc Daniau. Éditions Thierry Magnier, 2003
Les mille oiseaux de Sadako, Eleanor Coerr & Marc Daniau. Milan, 2003
Coquin Colin, Marc Daniau & Ronan Badel. Éditions Thierry Magnier, 2002
Contes d’Europe, Henri Gougaud & Marc Daniau. Seuil jeunesse, 2002
Un boeuf de Chine, Jules Supervielle & Marc Daniau. Rue du Monde, 2002
À pas de louve, Jo Hoestlandt & Marc Daniau. Milan, 2001
Contes d’Afrique, Henri Gougaud & Marc Daniau. Seuil jeunesse, 2000
L’héritier du désert, É. Brisou-Pellen & Marc Daniau. Hachette jeunesse, 2000
Mawati l’enfant du désert, Muriel Carminati & Marc Daniau. Seuil jeunesse, 2000
Le Derviche et le marchand, Jihad Darwiche & Marc Daniau. Albin Michel, 1999
Devine qui vient tuer ?, Anthony Horowitz & Marc Daniau. Hachette jeunesse, 1997
Le Voleur de famille, Patrick Mosconi & Marc Daniau. Casterman, 1997

Marc Daniau, Tous à Poil

jeudi 29 mars 2018

Sophie Vissière, l'obstinée minutieuse

Aux éclats de lire, nous adorons Le potager d'Alena de Sophie Vissière ! Un album simple et beau, gourmand et sensé. La jeune illustratrice et auteure nous a expliqué sa technique du pochoir sur Radio Escapades.

Le potager d'Alena


Podcast de l'émission



Portrait en 10 mots




Timide
J’ai dû un peu insister pour que Sophie Vissière accepte cette interview. En effet, elle est “timide”… Si elle a choisi ce mot c’est sans doute que ce trait de caractère est lié à son “choix de faire des livres”. Elle peut ainsi communiquer autrement. Le papier, les formes et les mots qu’elle y pose sont pour elle un nouveau langage où le frein de la timidité se fait plus discret.

Minutieuse
Ce mot renvoie à la technique d’illustration utilisée par l’artiste : le pochoir. Une technique lente et fastidieuse puisque Sophie Vissière construit dans un premier temps ses dessins au crayon avant de fabriquer des pochoirs dans du plastique transparent.
“La minutie, c’est au niveau de la découpe, ça doit faire presque de la dentelle.”
Le potager d'Alena


Patiente 
Une technique qui “demande beaucoup de temps de préparation en amont, le temps de fabriquer tous les pochoirs. Il faut vraiment que je garde du courage car je ne peux voir le résultat qu’au bout d’un très long moment… C’est un moment un peu magique lorsque l’image apparaît.”

Las aventuras de Rainard e Isengrin


Obstinée
“Si je n’étais pas obstinée, je n’aurais pas eu le courage de me lancer dans des livres entièrement faits au pochoir.” Elle a d’ailleurs longtemps attendu avant d'expérimenter cette technique, essayant diverses solutions intermédiaires.

Fabrication
C’est un plaisir, chez cette artiste, de collaborer avec ses éditeurs à la conception de ses livres. Le choix du papier compte pour elle. Avec son tout dernier album, paru chez Hélium, Pour Andrée, Sophie Vissière a pu concevoir, en étroite collaboration avec eux, la jaquette qui couvre le livre.




L’ourse Andrée est confortablement installée dans son fauteuil lorsqu’elle voit atterrir un avion en papier par la fenêtre du salon, avec un mystérieux message : Pour Andrée. Rendez-vous au parc, samedi à 15 heures.

Ce samedi-là, tôt le matin, le singe Marcel passe chercher un à un ses amis. Les heures s’égrènent. De maison en maison, de magasin en magasin, de personnage en personnage, le récit se construit et les amis s’activent pour préparer une fête pour Andrée ! Un album exquis avec une jaquette-papier cadeau, qui célèbre l’amitié !



Rêveuse
Une qualité importante dans cette technique du pochoir. En effet, cette longue période de découpe ne lui demande pas de réflexion car elle a été menée en amont. Elle a donc “un temps de médiation qui [lui] permet de soit [se] projeter dans cette image là, soit de penser à de nouveaux projets”. Ce sont des moments de rêvasseries.

Nature, Observation, Dégustation
“Je crois que c’est le moment de parler du Potager d’Alena ?”

Certainement puisque dans ce premier livre que Sophie Vissière a écrit et illustré, ces trois mots sont liés.

Avec une belle alternance de plans larges et de plans rapprochés, une petite fille découvre le travail de la terre. Tous les jours, pour se rendre à l’école, elle longe un champ et observe son évolution au fil des saisons (plans larges). En parallèle, on voit Alena, la maraîchère, travailler le champ (plans rapprochés). L’album se termine par une visite au marché où la petite fille fait le lien entre la terre cultivée et les légumes qu’elle mange.


Bibliographie (non exhaustive) :

Pour Andrée, éditions Hélium, 2018
Sophie Vissière, illustration de presse
Las aventuras de Rainard e Isengrin, éditions Camins, 2017
Le potager d’Alena, éditions Hélium, 2017
L’ostal dels lops, André Lagarde, Editions Letras d’òc / Camins, 2015
Le roi des corbeaux - Lo Rei dels Corbasses, 2014, Editions Letras d’òc / Camins
Le petit chaperon rouge - Lo capaironet roge, éditions Letras d’òc / Camins, 2014
Les secrets des bêtes - Les Secrèts de las Bèstias, éditions Letras d’òc, 2014


Pour Andrée

lundi 26 mars 2018

Affiche officielle !

Et voilà l'affiche officielle des Éclats de lire 2018 ! Merci à tous nos partenaires de leurs soutients pour cette 5ème édition !!


À très vite pour la programmation ... ;)

mardi 13 mars 2018

Cécile Gambini, cuisinière et musicienne

Cécile Gambini est la cuisinière rock'n'roll de la littérature jeunesse. Elle nous entraîne dans un monde de poésie discrète, celle de tous les jours, aux couleurs étincelantes, pour les beaux jours.


Podcast de l'émission

Portrait en 10 mots





Tomate
Cécile Gambini

“Très important les tomates.”

Pissaladière
“C’est la famille.”

Lasagnes

“C’est l’héritage.”


Des mots qui font penser à la cuisine, la cuisine des images, c’est la métaphore qu’utilise Cécile Gambini pour son travail.
Bagbada
“Je mets deux grammes de rouge, un gramme de tissus à rayure, un zeste de feutre.”
Sud
“Le berceau”

Mer
“Un endroit ensoleillé avec de la mer qui est presque verte.”
Des mots qui font penser à l’album Chez Mémé, aux éditions La Maison est en carton, où l’on retrouve sa maison familiale, une maison à l’italienne. Des souvenirs d’enfance qui l’ont beaucoup marqué et qui dirigent à présent son style graphique.

Chez Mémé

“Le paysage, les couleurs, les odeurs... tout a contribué à faire les images que je fais aujourd'hui.”

Un album à une page, mais une grande page, dans la collection Grandimage. Une maison colorée et vivante dont l’on voit tout l’intérieur. Cette image, demandée par La maison est en carton, Cécile Gambini l’avait déjà en tête. Elle montre “les méandres et les petites histoires qui se passent à l’intérieur de cette maison. (...) une image foisonnante avec beaucoup de petits détails car quand j’étais petite, je prenais plaisir à voir des images très fournies de micro-détails qu’on détecte dans une seconde lecture”.

Histoires
Tine : Ou les idées noires au placard
“C’est vraiment fascinant. C’est ce qui me donne envie de me lever le matin : les histoires qui vont se passer dans la journée, que je vais rencontrer, que je vais croiser… Tout est début d’histoires. C’est infini. Je n’aurai pas le temps de toutes les raconter, il n’y aura pas assez de Pavupapris, je n’aurai pas le temps de lire toutes les histoires écrites par les autres… Enfin, voilà, les histoires, c’est la vie.”

Pavupapris… Mais qu’est-ce donc ? Un aspect très important du travail de cette artiste, de cette poète. Il s’agit d’auto-édition, de livres objets, de petites curiosités. Cécile Gambini prend une histoire, de son quotidien ou de celui de son voisin, y ajoute des matières, des papiers et propose des petites œuvres d’art à tirage limité qu’elle transporte avec elle dans les salons.

Pavupapri au Salon du Livre de Montreuil


Guitare

Quand elle ne fait pas des livres, Cécile fait de la guitare.

Une guitare… il y en a justement une dans Rocky Cat !



“C’est l’histoire d’un super héros”. Un super héros, son chat.
Cécile Gambini se creusait la tête, cherchant à répondre à la commande de L’atelier du poisson soluble pour un petit livre qui se glisserait dans un étui souple. Difficile de se concentrer quand son démon de chat renverse tout dans l’atelier ! À moins que… ce ne soit ça l’idée ! Faire un livre sur un tel monstre. “C’est l’enfant roi, sous forme de chat”. Un album “approximativement bilingue” où les traductions vers l’anglais sont plus humoristiques que justes.

Rocky Cat


Chanson

Cécile Gambini chante beaucoup et pense qu’une chanson “a quelque chose d’aussi merveilleux qu’un album.”

La musicalité est très importante dans son processus d’écriture. “Je lis toujours mes textes à voix haute.”

Rire

On la sent bien blagueuse, Cécile Gambini. Dans Bagbada l’auteure-illustratrice glisse des jeux de mots dans les noms des personnages. “Il faut que ça sonne, je pense que les petits sont très sensibles à ça.”


“J’aborde l’écriture sous un côté ludique.”
Salopette
“C’est merveilleux la salopette, je pense que j’ai dû naître en salopette, c’est l’habit le plus merveilleux du monde, on peut tout faire avec, on a tout sur soi pour pouvoir dessiner, je conseille à tout le monde d’essayer la salopette.”

Bibliographie (non exhaustive) :
Au secours mémé, Le Tripode, 2016
Six saucisses à roulettes, Mickaël Escoffier. L’atelier du poisson soluble, 2014
Tine : Ou les idées noires au placard, Éditions Thierry Magnier, 2014
Bagbada, À pas de loup, 2014
Les deux cailloux, Françoise Diep. Didier Jeunesse, 2014
Bizarbres mais vrais ! Bernadette Pourquié. Coédition Plume de Carotte, 2013
Du côté de chez moi, Christine Dodos-Ungerer. Actes sud junior, 2013
Mes premières berceuses, Laurent Pradeau. Seuil Jeunesse, 2013
Olaf, le géant mélomane, Annelise Heurtier. Benjamins média, 2012
L’âne blanc, Henri Dès. Les Editions des Braques, 2012
L’enfant et les sortilèges, Maurice Ravel. Gallimard Jeunesse, 2011
Le petit chaperon rouge, Nathan, 2011
Nook sur la banquise, Chloé Gabrielli. Nathan, 2011
L’enfant du bananier, Isabelle Sauer. Didier Jeunesse, 2011
Chez Mémé avec Cécile Gambini, La maison est en carton, Grandimage, 2011
Le grand voyage de Monsieur Merlu, Seuil jeunesse, 2009
Rocky Cat, L’Atelier du Poisson soluble, 2009
Bob Robinson, Seuil jeunesse, 2005
Margherita, Albin Michel, 2002
Coeur d’Alice, texte Stéphane Servant. Rue du Monde, 2007
L’enfant et les sortilèges, une fantaisie lyrique de Maurice Ravel, d’après un livre de Colette. Gallimard, 2007
Le français est un poème qui voyage, anthologie de poésie francophone, auteur Jean-Marie Henry. Rue du monde, 2006